Déco

Le style Factory

By  | 

 

crédit photo : Maisons du Monde

crédit photo : Maisons du Monde

 

Dans un billet pas si lointain (vous avez dit shabby chic?)  je vous parlais de la déco « shabby », aujourd’hui, je voudrais évoquer le style « Factory » connu aussi sous le nom de style « industriel », mais aussi vous conter l’histoire de deux créations françaises emblématiques de cet art  » indus » : la chaise Tolix et la lampe Jieldé

Enfin j’essaierai de vous donner quelques pistes pour vous aider à faire votre coin façon « Factory » et plus si affinités.

crédit photos Lisa Kéome

crédit photos Lisa Kéome

crédit photos Lisa Kéome chaises, table et lampe industrielle Bertrand Legrix antiquités du XXe siècle

crédit photos Lisa Kéome chaises, table et lampe industrielle Bertrand Legrix antiquités du XXe siècle

Très en vogue depuis des années, le style industriel prend sa source aux Etats Unis dès le début du « Fordisme » (modèle d’organisation et de développement d’entreprise inventé en 1908 par Henry Ford) et donc de la vie ouvrière.

Comme son nom l’indique, son cadre se trouve dans les usines, les entrepôts , les ateliers etc, mais c’est à partir du déclin de l’ère industrielle que le mobilier qui en est issu arrive dans les appartements et les maisons .

Cependant, à la fin des années 1980, la tendance factory prend vraiment son envol et envahit les lofts et autres ateliers d’artistes new-yorkais.

Sans aucune surcharge, aux lignes brutes et austères, son mobilier destiné a l’origine au travail ouvrier ne se perd pas en fioritures et il faut souvent réinventer sa fonction .

Aux amateurs du genre de détourner son utilité comme pour ce piétement d’atelier devenu console, ou ce bureau de tri postal reconverti en bibliothèque ou encore ce caisson métallique recyclé en bar.

Efficace, robuste, évidemment utile et sans prétention, ce style se décline avec du béton ciré au sol, de l’acier et du bois mais surtout des briques sur les murs.

crédit photo "brocante tendance"

crédit photo « brocante tendance »

Icône de l’esthétique industrielle, la chaise Modèle A de Tolix est présente dans les collections du Vitra Design Museum, du Moma et du Centre Pompidou.

Créée par Xavier Pauchard en 1934, elle trouve immédiatement sa place dans les ateliers, les bureaux, les hôpitaux ainsi qu’à la terrasse des cafés et dans les jardins publics.

On la retrouve également sur le paquebot Normandie en 1935 et dans les allées de l’exposition internationale des Arts et Techniques de 1937

Ce siège mythique en tôle emboutie s’est imposé «par sa solidité à toute épreuve, sa légèreté inégalée, sa propreté facile à garder», avantages auxquels venait à l’époque s’ajouter «celui du prix réduit».». À la fin des années 1950, alors que son fils Jean lui a succédé, Tolix et ses quatre-vingts ouvriers fabriquent près de 60 000 unités par an. Cette entreprise longtemps prospère est restée dans la famille jusqu’en 2004.

On doit la renaissance de la marque Tolix à Chantal Andriot. C’est par passion et fidélité à l’entreprise que cette ex-directrice financière s’est lancée dans l’aventure avec une poignée de salariés qui ont, avec elle, racheté Tolix.

Aujourd’hui, 50 % du chiffre d’affaires de Tolix est réalisé à l’export, dont la moitié pour les seuls États-Unis.

chaises Tolix

 

Deuxième icône de l’art industriel français, la lampe Jieldé inventée par Jean Louis Domecq ( dont les initiales sont à l’origine de la marque) car il ne trouvait pas de luminaire à sa guise pour son travail de mécanique générale .

Définitivement terminée en avril 1950, elle correspond parfaitement à ce qu’il souhaitait : elle est simple, robuste et articulée afin de se prêter facilement a tout poste de travail .

Depuis, le succès de cette lampe appelée « Standard », ne s’est jamais démentie.

Cent fois copiée mais jamais égalée, elle a su sortir de son contexte industriel et investir les lieux d’habitation, désormais appelée » Loft « déclinée en appliques , en liseuse, en différentes tailles et couleurs diverses, elle est toujours fabriquée à Lyon avec les mêmes gestes d’antan, et la même volonté de rester unique car chaque modèle est numéroté .Jieldé lampe design

lampe Jieldé

lampe Jieldé

 

Alors, évidemment si vous aimez le genre gustavien ou les meubles victoriens ,les rideaux à carreaux ou les coussins à fleurs ce style n’est pas pour vous !

En revanche, si vous affectionnez particulierement le vintage, la récup et les matériaux bruts ci joint quelques pistes à explorer pour faire de votre petit nid douillet un loft minimaliste et authentique.

Ecumez les vides greniers , Emmaus , les mises en vente de mobilier d’usine et par extension de meubles de métier , mais aussi les grandes enseignes de design telles que Ikéa, Habitat, Maisons du Monde, madame Stoltz, Athezza etc pour leurs rééditions assez réussies.

Plantez le décor : béton ciré ou poli pour le sol, papier peint façon brique sur un mur ( à défaut de vraies ).

Associez des couleurs comme le gris foncé et le noir, le beige et le marron, en adoucissant avec un peu d’orange ou de vert anis,

Jouez avec le zinc, le bois récupéré, le fer rouillé et le cuir usé.

Touches indispensables : une immense horloge de gare ou d’usine, des lettres en zinc façon enseigne, un lampadaire façon projecteur et des collections d’objets insolites comme des anciennes boites de bobines de films, des vieilles radios ou de vénérables casiers d’imprimeurs reconvertis en mini vitrines.

crédit photos madam Stoltz

crédit photos madam Stoltz

crédit photos madam Stoltz

crédit photos madam Stoltz

Je vous souhaite un week-end prolongé reposant, cocooning et convivial !

Ce week-end étant long et les occasions de bruncher multiples je vous livre ici une recette anglo-saxonne facile dont les enfants ( les miens en tous les cas) raffolent : muffins aux oeufs brouillés, lard et champignons

 

factory

 

 

 

Capture d’écran 2014-04-21 à 20.18.51

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *