Cinéma

Mes films d’octobre

By  | 

Je dois bien l’avouer, j’ai boudé le cinéma depuis plusieurs mois et je n’en suis pas fière, la faute à pas de temps, à trop de choses à faire, blablablabla … Alors en ce début d’automne, j’ai décidé de mettre les bouchées doubles .

Le temps de crotte de ces derniers jours aidant, j’ai trouvé asile au cinéma du coin …pour la journée ou presque .

14 heure première séance : L’Etudiante et monsieur Henri film français d’Yvan Calbérac ( On va s’aimer) à l’origine pièce de théâtre adaptée par l’auteur lui même. L’histoire d’un vieux grincheux à la santé défaillante (extraordinaire Claude Brasseur) obligé par son fils à louer une chambre dans son appartement, contre son gré. Ronchon, désagréable il tente de dissuader tous les candidats jusqu’au jour où Constance (Noémie Schmidt), étudiante provinciale et malchanceuse, décide de ne pas se laisser intimider et de rester. S’en suit un incroyable marché du propriétaire avec sa locataire : en échange de 3 mois de loyer gratuit elle devra séduire son fils (mon chouchou Guillaume de Tonquédec, parfait en fils naïf et coincé) dans le but de le détourner de sa  femme nunuche et bigote ( formidable Frederique Bell) Emouvant, attendrissant, pudique, mais aussi drôle et cocasse..

233674.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Mes films d’octobre

16 heures : mon billet en poche, je fonce dans la deuxième salle pour la suite de mon programme, cette fois il s’agit du dernier Woody Allen L’Homme irrationnel avec Joaquin Phoenix ( Her, The Master) parfait en prof de philo torturé, alcoolique et suicidaire et Emma Stone (La couleur des sentiments, Magic in the Moonlight), jeune et jolie étudiante brillante, pétillante, amoureuse et romantique. Sur une bande son jazzy, le cinéaste nous tourne autour de son petit doigt et nous entraine sur un chemin que l’on n’envisageait pas. A l’instar de Match Point, Woody Allen flirte avec le thriller amoureux où le destin fait basculer l’existence des deux héros. Epatant !

557124.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

 

102866.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Mes films d’octobre

18h :  la troisième séance commence déjà pour un autre film français Belles familles de Jean Paul Rappeneau  (Le Hussard sur le toit, Bon voyage). On découvre dès les premières images une famille éclatée dont le fils ainé, Mathieu Amalric ( Un conte de Noël) est parti faire sa vie à Shanghai, 12 ans auparavant, loin de son père détesté, dont la mère, Nicole Garcia (Un beau dimanche, Gare du Nord) se remet difficilement de l’abandon de son mari ( mort depuis) et le petit dernier, Guillaume de Tonquedec (l’étudiante et monsieur Henri, le prénom) lâche, veule et plein de haine pour la dernière compagne de son père Karin Viard( Ma part du gâteau) et sa sublime fille Louise jouée par Marine Vacth ( Jeune et jolie). L’enjeu ?  l’héritage de la  magnifique propriété de famille en province à Ambray rachetée par le copain d’enfance Gilles Lellouche ( La French) et amoureux de Louise. Rebondissements, humour, imbroglio juridique, flash back qui rappellent qu’on ne guérit jamais tout à fait de son enfance, rythment ce film avec bonheur et élégance. Mention spéciale à André Dussolier, épatant en « monsieur le maire » amoureux transi de Nicole Garcia.

420132.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx-2

 

 

Je vous souhaite un dimanche romantique, captivant et émouvant !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *