Billet d'humeur

Mes carnets de bal

By  | 

– Je l’ai déjà déclaré maintes et maintes fois, j’ai la collectionite (aiguë),  mais si je n’accumule pas les bouchons, les portes-clés ou autres babioles du genre, j’aime réunir des objets d’un autre siècle qui ont encore un petit bout d’âme, qui l’espace d’un instant me transportent dans une autre vie, dans la peau d’une autre, boites de poudre de riz,cartes postales anciennes, timbales en argent  …etc

Cependant ma collection préférée, celle que je chouchoute, que je dorlote avec tendresse et émotion c’est ma petite dizaine de carnets de bal ayant appartenus à des jeunes filles portant le doux prénom de  Justine ou  Maria (comme l’indique la couverture du carnet), jeune aristocrate invitée au bal des débutantes ou jeune employée, conviée au bal des pompiers.

carnet de bal

 

 

En France, les premiers carnets de bal apparaissent au XVIIIè siècle et  servent « d’agenda » aux dames lors d’un bal, En effet, ils contiennent l’ordre des danses au programme de la soirée ainsi que le nom de chaque cavalier pressenti .

A l’origine en forme d’éventail (on dit qu’une dame, un jour écrivit sur son éventail pour noter le nom de son danseur, puis fit faire la réplique en miniature) il est devenu un accessoire de mode à part entière.

On le retrouve sous des formes multiples, en nacre, en argent, en écaille, toujours plus précieux, toujours plus raffiné, une chaine terminée par un anneau à glisser au doigt, une tendre phrase ou un chiffre gravé sur le dessus, accompagné d’un crayon en argent rangé latéralement.A l’intérieur, des plaques d’ivoire sont reliées par un ruban  (il était très facile d’effacer la mine de plomb sur cette matière), et plus tard des feuilles de papier que l’on peut changer  à volonté.

carnet de bal

Il existe aussi version populaire, en carton imprimé simple ou comportant autant de feuillets que de danses pour le bal des pompiers, des employés du chemin de fer, de la caisse de secours et de prévoyance, pour la fête annuelle  du  « Denier de la Veuve des employés de l’octroi  » ou pour la matinée dansante de « la société de secours mutuels des employés en librairie ». Au début du XXème siècle le carnet de bal devient support publicitaire pour tel ou tel parfum, tel ou tel cours de danse puis il disparait définitivement à la première guerre mondiale.

carnet de bal

 

Mazurka, polka, valse, cotillons, lanciers, scottisch, fox-trott, tant de noms de danses aujourd’hui disparus, et parfois un prénom surgit au fil des lignes, Henri, Louis ou Alphonse, futur fiancé ? ou parfait inconnu ?

carnet de bal 1

 

Ces carnets surannés et leur petit supplément d’âme me touchent et m’embarquent dans une rêverie façon Jane Austen (même si ses héroïnes ne portaient pas de carnets de bal et d’ailleurs n’étaient pas françaises), au XIXè siècle dans un bal de la cour ou dans une salle des fêtes du Paris de 1920.

Ah nostalgie quand tu nous tiens …

Que votre dimanche soit raffiné, élégant et dansant !

carnet de bal

 

 

 

 

2 Comments

  1. Slow Down

    13 octobre 2014 at 7 h 18 min

    Ces carnets sont désuets, charmants et tellement romantiques. Je chausses mes jolies bottines, une robe longue, et je vais au bal, grâce à toi je me crois Natacha dans Guerre et Paix !

  2. Pingback: Mes cartes postales - Kath-n-Ko

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *