Billet d'humeur

Happy january

By  | 

Yves Saint Laurent l'affiche du film

Je l’ai dit la semaine dernière, je consacre donc ce mois de janvier à la culture (populaire ou non) alors je continue mon petit tour avec pèle mêle : un film, un livre et une fois n’est pas coutume, une émission de télévision.

Tout cela, en écoutant un de mes albums favoris du moment : le huitième album de Texas « The conversation »

Enjoy ! Texas the conversation

 

Guillaume Gallienne allias Pierre Bergé

 

Pour commencer, je vous emmène au cinéma voir le film de Jalil Lespert « Yves Saint Laurent », premier au Box office français depuis jeudi.

Ayant visité récemment la fondation Yves Saint Laurent,( article du 10 /10/2013 « 5 avenue Marceau »), j’étais particulièrement intriguée, intéressée mais aussi sensibilisée par l’histoire du couturier et de son mentor Pierre Bergé.

N’en déplaise à certains critiques qui le trouvent trop lèché, trop précis, j’ai beaucoup aimé ce film.

Certes, la voix off est omniprésente, certes, la première partie est plus cinématographique, plus émouvante que la deuxième plus  » terre à terre », plus réaliste mais Yves Niney et Pierre Gallienne ou Pierre Saint Laurent et Guillaume Bergé, on ne sait plus, portent le film du début à la fin.

Et pour cause, les deux acteurs de la Comédie Française sont confondants de vérité et de sincérité, totalement habités par le rôle, Pierre Ninez ayant fait un vrai travail à la Actor’s studio, parle, marche, fume comme Yves Saint Laurent.

Quant à Gallienne, il transmet la force, l’émotion et la détermination de Bergé avec brio.

Mention spéciale à Charlotte Le Bon, ancienne chroniqueuse météo de Canal+ , débarrassée de son accent canadien et de ses débordements télégéniques, elle est sublime.

Tourné dans l’hôtel particulier du couturier, avec de vraies robes prêtées par la fondation YSL, validé par Bergé, le soucis de vérité et de fidélité du film est omniprésent.

Cerise sur le gâteau on redécouvre avec plaisir le Paris élégant des années 70, les débuts de Karl Lagerfeld, l’histoire du premier smoking féminin, de la robe Mondrian, mais aussi la légèreté et l’insouciance des comportements de l’époque comme une petite Madeleine de Proust.

A noter, un deuxième biopic appelé « Saint Laurent »de Bertrand Bonello avec Gaspard Ulliel et Jérémie Renier sortira en octobre 2014 ( au lieu de mai comme prévu).

les croquis d'YSL

 

 

Difficile d’enchainer sur le livre de Phillipe Lefait, journaliste à France 2, et de sa femme Patricia (Pom) , éditrice, intitulé « Et tu danses Lou » mais je voulais vous parler de cette ode à l’amour, à la ténacité et au courage.

Il y à 17 ans naissait Lou, leur fille chérie, « différente », handicapée (le mot est lâché) par toutes sortes de vilains désordres dus a une « micro délétion sur un des chromosomes ».

S’accrochant à la phrase de Schopenhauer »Vous n’avez aucune chance, saisissez la  » le couple va se battre, en faire une gageure, un défi et parvenir à tracer le chemin de l’autonomie pour Lou, « leur amour anorme ».

Pas à pas, grâce aux bons gestes, au langage des signes (elle ne parvient à prononcer que quelques voyelles), à différentes écoles adaptées, à la patience, beaucoup de patience, Lou s’affranchit, peut aller faire les course, faire du vélo ou prendre le métro seule.

Les difficultés sont énormes, les souffrances terribles, les services hospitaliers parfois inadaptés, le désespoir souvent proche, la séparation du couple inéluctable (pour un temps seulement).

Aujourd’hui Lou est une adolescente au caractère bien trempé, vivante, touchante et intelligente.

Les dernières lignes du livre sont pleines d’espoir et de projets :

« Tu as 17 ans le mois prochain, nous préparons ton anniversaire.J’espere qu’il va faire beau.

Ce sera à Saintines comme toutes ces dernières années.Il y aura beaucoup d’amis et nous ferons la fete.

Tu souhaites que je prépare un buffet, tu veux une boule à facettes et tu as l’intention de danser jusqu’au bout de la nuit. »Et tu danses Lou

Phillipe Lefait

Et pour terminer sur une note plus légère, parlons d’une émission de télé diffusée sur France 2 le mercredi soir en deuxième partie de soirée depuis un peu plus d’un an maintenant.

« La parenthèse inattendue » animée par le journaliste Frédérique Lopez reçoit dans une maison à la campagne pendant 24 heures trois célébrités qui ne se connaissent pas.

Ces deux heures passées avec les invités à échanger en toute « intimité », leurs souvenirs, souvent émouvants, leurs recettes et leurs expériences, permettent au spectateur de découvrir les facettes de leur personnalité loin des paillettes et des plateaux de télé.

Lopez aime faire voler les idées toutes faites en éclat et il y parvient avec sa gentillesse et son naturel légendaire.

A venir

Le Comte de Bouderbala, Arielle Dombasle et Serge Moati

Clovis Cornillac, Marie Agnes Guillot et Alexandre Jardin

Patrick Chesnais, Marie Claude Pétragalla et Manu Katché

Corneille, Marion Bartoli et Michel Leeb

Pas question d’évoquer Frédérique Lopez sans rappeler qu’il a obtenu le prix international Planète Albert Kahn pour son autre excellente émission « Rendez vous en terre inconnue ».

Prochain rendez vous : mardi 21 janvier sur France 2 avec Melissa Theuriau.

Capture d’écran 2014-04-22 à 22.49.37

Que votre week-end soit brillant,stimulant et riche !

 

 

Bon voila, maintenant, que vous avez de quoi vous sustenter intellectuellement, que diriez vous d’une petite douceur à picorer avec gourmandise ?

J’ai depuis longtemps dans mes tiroirs cette recette de financiers, elle est de Bernard Loiseau et se fait très facilement.

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *