Cinéma

Guillaume, Eric et les autres..

By  | 

jacinthes

 

J’avais prévu cette semaine de vous décrire la Sainte Lucie (Sankta Lucia) façon scandinave, fêtée le 13 décembre à l’occasion du solstice d’hiver et qui annonce la saison de Noël, ce sera pour la prochaine fois (ou pas).

Et puis j’ai vu Guillaume Gallienne un peu partout sur les écrans, dans la presse, sur les affiches et j’ai décidé d’aller voir son « Les garçons et Guillaume à table « .

Tant qu’à parler de cinéma je voulais aussi vous entretenir du dernier livre que j’ai lu « le dictionnaire du ciné chic » d’Eric Neuhoff, conseillé par Katherine Pancol sur sa page Facebook ( non je ne la connais pas personnellement malheureusement )

Et enfin, préoccupation de saison : les fleurs de Noël

Capture d’écran 2014-04-21 à 23.10.19

 

Alléchée par les différents extraits et autres bandes- annonces, je suis donc allée voir le film de Guillaume Gallienne adapté de son one-man show au titre éponyme « Les garçons et Guillaume à table », one-man show pour lequel il avait remporté un Molière de la révélation théâtrale en 2009.

Ah Guillaume Gallienne !! à la fois sociétaire de la Comédie Française depuis huit ans, ancien trublion de Canal plus, future Lucrece Borgia pour Podalydès et lecteur/animateur sur France Inter cet homme n’est jamais là ou on l’attend .

Sur fond d’hôtel particulier parisien, de maison de campagne picarde ou de riad marocain, Gallienne met en scène l’amour qu’il a pour sa mère : un amour profond, sincère, démesuré et destructeur car pour se distinguer de ses frères et se rapprocher d’elle il va perdre toute identité, allant jusqu’à parler comme elle, marcher comme elle, bref devenir ELLE.

Souffre- douleur de la gente masculine, virile et hétéro, il va s’inventer un monde, un autre moi, cultivant sa différence coute que coute.

Dans ce film, on rit, on pleure, Gallienne nous attendrit grâce à sa sincérité, sa naiveté , sa fraicheur et son humour élégant .

Cerise sur le gâteau, il a choisi d’interpréter également le rôle de sa mère car  » au début j’avais peur que le travestissement soit plus fort que le personnage. Mais c’était pour moi le seul moyen de la défendre vraiment et cinématographiquement cela permettait d’illustrer la schizophrénie latente de Guillaume et de montrer qu »on ne règle pas les problèmes mais qu’on les poétise « ( Le Figaro)

Septième meilleur démarrage de tous les temps en France, ce film a reçu une ovation à la quinzaine des réalisateurs de Cannes et met tout le monde médiatique d’accord, des Inrocks à Libé en passant par le Figaro et par Télérama .

Mention spéciale à la bande-son grâce a laquelle on retrouve avec un immense plaisir le magnifique « don’t leave me now » de Super Tramp !

Prochaine étape: son deuxième film dont il à déjà en tête le scénario.Les garçons et Guillaume à table

Capture d’écran 2014-04-21 à 23.13.04

 

 

Restons dans le septième art avec le très jubilatoire « dictionnaire chic du cinéma » d’Eric Neuhoff, journaliste-écrivain et passionné de cinéma ( Le Masque et la Plume sur France Inter, Le Cercle sur Canal )

Ce livre façon dictionnaire recense en partie ses textes revus et corrigés, parus dans différentes éditions du Figaro.

Loin des clichés consensuels, quand Neuhoff aime, il vénère mais quand il n’aime pas il éreinte!

La preuve avec les premières lignes du livre :

« Que les choses soient claires : Rivette m’emmerde, Tati ne m’a jamais fait rire, et Resnais à le don de m’assommer. Lecteur des Inrockuptibles et de Libération passe ton chemin. Je te laisse à tes rétrospectives Almodóvar, tes inédits de Jacques Doillon »

Au moins, on sait à quoi s’en tenir !

Pourtant au fil des anecdotes de tournages, des histoires de longs métrages et des portraits d’acteurs on se prend au jeu, et surtout on a envie de (re)voir tous ces films.

BARDOT, Brigitte

Quel bel animal ! Ce n’est surement pas elle qui nous en voudra de la comparaison.(…)

Pour la convaincre de participer au Mépris, Godard marche sur les mains. Cela suffit pour que l’actrice dise oui.

Elle est ainsi Bardot, brutale, sincère, désinvolte. Les rapports avec le réalisateur furent tout sauf idylliques. Bardot qualifiât le cinéaste d' »intello cradingue »  »

HITCHCOCK (Dr Alfred et Mr)

« Le sang qui s’engouffre en tourbillon dans la baignoire était du chocolat liquide. Janet Leigh avait l’air d’être nue mais elle portait un maillot couleur chair.(…)

Il inventa Grace Kelly, fit de James Stewart son alter ego rêvé (..)

A Mary Anderson qui lui demandait quel était son meilleur profil , il répondit « Ma chère vous êtes assise dessus.  »

BOGART, Humphrey

« Il aimait la mer, l’alcool, les mariages. Il mit longtemps à se faire un nom et imprima à jamais sa marque dans les films de gangsters.

Humphrey Bogart forma un couple mythique avec Lauren Bacall. Il portait le trench-coat comme personne, avait des tics que Belmondo copia dans « A bout de souffle ».

Certains le trouvaient antipathique ; d’autres ne juraient que par lui. Son ami le romancier Luis Bromfield écrivait « la seule chose que je puisse dire de positif sur Hollywood, c’est que Bogart y habite. » Jonathan Coe, l’auteur de Testament à l’anglaise, qui est aussi un cinéphile averti, a suivi sa carrière dans un beau livre, évitant les potins et rappelant que la fameuse réplique « Play it again Sam » n’existe pas dans Casablanca. Il n’a pas hésité non plus à affirmer que Bogie créa un genre à lui tout seul : le film de Bogart. »

Trois cents noms/expressions sont ainsi passés au crible par ce cinéphile éclairé qu’est Eric Neuhoff et sa passion est contagieuse.

Une idée de cadeau de Noël peut être?

Capture d’écran 2014-04-21 à 23.23.35

Capture d’écran 2014-04-21 à 23.24.04

 

Pour terminer et comme je vous le disais la semaine dernière, les préparatifs de Noel ont commencé un peu partout et je voulais vous parler de certaines fleurs emblématiques de cette saison.

Il s’agit des jacinthes et des hellébores.

En ce qui concerne les premières on peut les acheter déjà en fleur ou pas, elles sont très décoratives pour peu que vous les réunissiez dans une jardinière en tôle, une soupière en porcelaine, ou dans un joli panier en osier ou en fer rouillé.

Il y a également l’option individuelle plantée dans un vieux pot de confiture, dans une lanterne ou dans un bol ancien, et si vous mettez de la mousse pour cacher la terre on croira qu’elles viennent directement de chez le fleuriste !

Quant aux roses de Noël ou hellébores , vous les conserverez dehors jusqu’au soir du 24 décembre, ou vous pourrez les disposer dans une jolie coupe mercurisée au centre de la table du réveillon entourées de quelques branchages et de bougeoirs .

A vous de les planter après les fêtes, au pied d’un massif d’hortensias bien à l’abri du soleil .

jacinthe en pot

jacinthes

 

Une fois n’est pas coutume, je vous ai trouvés une recette diététique plutôt raffinée que vous pourrez utiliser pour les fêtes si vous le souhaitez .Médaillon de lotte au pamplemousse et au sésame

Je vous souhaite un week-end cinéphile, chaleureux et curieux !

 

 

tableau de fleurs

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *