Cinéma

A découvrir « Dans les forêts de Sibérie »

By  | 

A découvrir « Dans les forets de Sibérie »

En ce mois de novembre, juin ? la météo étant ce qu’elle est,  il fait bon aller au cinéma. L’évocation d’un film tourné sur le lac Baïkal  par l’acteur Raphaël Personnaz lors d’une émission de France Inter, m’a interpellée car il s’agit de l’adaptation (très libre) du livre  éponyme de Sylvain Tesson Dans les forêts de Sibérie. Livre autobiographique sorti en septembre 2011 et ayant reçu le prix Médicis la même année. Je dois l’avouer j’ai lu ce livre après que mes enfants aient passé quelques jours la-bas il y a 2 ans et ramené des clichés absolument magnifiques .

photo Sasha Kos

photo Sasha Kos

A découvrir « Dans les forets de Sibérie »

Sylvain Tesson, fils du journaliste Philippe Tesson, écrivain,  aventurier intrépide toujours en mal de sensations intenses, décide après un tour du monde à vélo, une traversée de l’Himalaya à pied, des expéditions archéologiques et bien d’autres pérégrinations, d’arrêter la course du temps un jour de février 2010. Ce jour là, il prend ses quartiers pour six mois dans une cabane en bois (de 3 mètres sur 3) perdue sur la rive occidentale du lac Baïkal et éloignée de tout et de tous . Nanti d’une soixantaine de livres, de kilos de pâtes (et de tabasco), de litres de vodka et de boites de cigares, Tesson se transforme en ermite en quête de sens à son existence. Grâce à son journal de bord (devenu livre), on partage avec lui  cette aventure hors norme dans l’hiver sibérien. On apprend le plaisir de l’immobilisme, un oeil sur le spectacle des mésanges à la fenêtre. Par -30°, l’auteur coupe du bois, pêche des  poissons, se promène sur le lac glacé le tout avec bonheur.  A grand renfort d’aphorismes amusants sur la vie citadine, Tesson décrit le temps qui passe à observer la vie animale et végétale tel un poète naturaliste et fait de cet ouvrage une sorte de guide philosophique. « S’asseoir devant la fenêtre le thé à la main, laisser infuser les heures, offrir au paysage de décliner ses nuances, ne plus penser à rien et soudain saisir l’idée qui passe, la jeter sur le carnet de notes. Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l’inspiration sortir ».

Sylvain Tesson

Sylvain Tesson

Filmer et transposer à l’écran cette aventure est le challenge que s’est imposé le réalisateur Safi Nebbou  (L’empreinte de l’ange, L’autre Dumas) en s’inspirant très librement du livre. Tourné évidemment en décors naturels, le film  met en scène Teddy (joué à merveille par le beau Raphaël Personnaz), un jeune chef de projet multimédia, à la recherche de solitude  et permet (à ceux qui ont lu le livre) de poser des images sur les mots de Tesson. Pour donner un peu plus de corps a son film, le réalisateur à ajouté un personnage : Aleksei (joué par Evgueni Sidikhine) un repris de justice exilé depuis des années avec qui Teddy va se prendre d’amitié. Cerise sur le gâteau, la musique est  d’Ibrahim Maalouf !

safy Nebbou et Raphaël Personnaz

Safy Nebbou et Raphaël Personnaz

Ces 2 ouvrages nous donnent une belle leçon de modestie, en ces temps troublés, et nous rappellent que la nature est ô combien plus forte que nous !

Je vous souhaite un dimanche clément, paisible et serein et n’oubliez pas que « la pluie a été inventé pour que l’homme se sente heureux sous un toit »(S. Tesson)

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *